19 Nov
19Nov

Fiche bimestrielle n°1 de Levaillant

"Des plantes alimentaires au jardin clos du manoir du Fay d'Yvetot", édition du 15 novembre 2021.
Fiche réalisée par Pascal Levaillant, artiste botaniste, membre de FVMF depuis 2020.

Références scientifiques

Michel Combornac, créateur du jardin botanique d'Yves Rocher, auteur des plantes du Moyen Âge, Edition EDISPO, 1996, p. 83.Michel Chauvet auteur de l'encyclopédie des Plantes alimentaires, Belin Editeur, 2018, p. 367-368. Avec leurs aimables autorisations.

Origine

Laurus L. (1753), Laurus nobilis L. ou "Lauros" de Charlemagne


Laurier sauce

Le laurier-sauce a été planté par l'association de l'ANETH   premiers locataires du jardin clos, à partir de 1994.


Le laurier-sauce se situe à l’angle du mur Est du jardin clos.

Le jardin-clos du manoir du Fay

Comme de coutume, le jardin clos du Manoir du Fay a été très certainement un jardin potager et nourricier, depuis 1612, comme pour la plupart des petits manoirs décrits par Xavier Pagazini [La demeure noble en Haute-Normandie, 1450-1600, Xavier Pagazani, Renaissance, Presses universitaires François-Rabelais, 2014.  

C’est-à-dire un des espaces clos réservés au seigneur, comme le figure plus tard un terrier de 1780 de la Seigneurie de Baons-le-Comte. 

plan terrier ADSM 1780 FRAD076_12Fi_00

Extrait du Plan terrier de Baons-le-Comte, ADSM 1780 FRAD076_12Fi_00

Ce n’est qu’après l’acquisition de cette propriété par la Ville d’Yvetot, à la fin des années 1980, que ce laurier a été planté un peu plus tard grâce à l’action de l’association ANETH à qui la Ville a confié ce jardin clos en 1994 pour en faire en premier lieu notamment un jardin biologique. En 1997 et en 2003, le laurier-sauce apparait déjà clairement sur les vues aériennes d’IGN.


© IGN remonter le temps - cliche 176 du 08-04 -1997

© IGN remonter le temps - cliche 176 du 08-04 -1997

Trois ans après que l'association ANETH se soit installée au jardin clos depuis le 1er septembre 1994, le laurier a trouvé sa place à droite du potager dessiné en huit parcelles triangulaires à cette époque dans ce jardin biologique.

Histoire et origine de la plante alimentaire

Michel Combornac indique l'origine de cet arbuste en Asie mineure et plus largement de la Méditerranée précise également Michel Chauvet plus récemment :

  • De l'actuelle Turquie il a été introduit en Grèce avant le 8e siècle avant J.-C.…
  • Son rôle mineur au Proche-Orient va être bouleversé grâce à la mythologie grecque par l'intermédiaire de Daphnée et d'Apollon s'en faisant une couronne a contribué à sa renommée. Plus tard "chez les Romains", "le laurier est spécialement consacré aux triomphes. [...] Pline mentionne 2 variétés, de Delphes et de Chypre."

Michel Combornac ajoute qu'il est "répandu par la culture dans toutes les zones tempérées et qu'il se vit attribuer des propriétés magiques et fut le symbole de la gloire et de la paix."

Biologie et classification

Famille : Lauracées
Michel Chauvet nous informe que "le genre Laurus ne comprend que 2 espèces, L. nobilis, et une macaroésienne, L. Azorica (Seub. Franco).
Ce sont des arbres et des arbustes dioïques de 2 à 15 m de haut. Baie noire ou pourpre-noir de 1-2 cm de long. Le laurier ne donne de fruits que dans la région méditerranéenne " 

Usages

Michel Combornac indique qu'il se vit attribuer des propriétés magiques et fut le symbole de la gloire et de la paix.

Michel Chauvet nous renseigne sur ses usages nombreux : "Le laurier est pacifique, puisque brandi même entre les ennemis armés, il est signe de trêve. Messager surtout de joie et de victoires pour les Romains, il est joint aux lettres, aux lances et aux javelots des soldats[...] Le bâton de laurier a aussi la réputation de protéger de la foudre et des maladies, ainsi que de purifier l'air et l'eau" 

Économie

Michel Chauvet note que "Le laurier est présent dans la plupart des jardins méditerranéens. On le trouve aussi dans une bonne partie de l'Europe, où il est parfois détruit par les fortes gelées, mais où il rejette de souche. Facile à obtenir, le laurier fait l'objet d'un commerce limité. Ce commerce est estimé à 2000 t au niveau mondial. La Turquie est de loin le principal fournisseur, suivie par le Maroc, l'Albanie et Israël." 


L'avis de nos jardiniers

Le questionnaire Proustien de Levaillant à l’un des jardiniers du jardin clos du manoir du Fay de l’époque actuelle depuis près d’une décennie : 

Aujourd’hui c’est François Martot, Président de l’association Faire Vivre le Manoir du Fay qui y répond. Les jardiniers se retrouvent chaque jeudi après-midi pour jardiner. Ces dernières années, ils ont redessiné le jardin potager pour lui laisser des espaces dédiés à des actions culturelles, patrimoniales et pédagogiques.

  • Quel rôle joue le laurier-sauce au jardin ?

 « Le laurier "sauce" -même si ce n'est pas son nom officiel- est avec le cerisier un des arbres les plus emblématiques du jardin-clos :  Il a une envergure très supérieure à beaucoup des lauriers sauces de jardins privés. Il se plaît très bien là où il est situé à l'abri des vents et aussi des froids venant de l'est car il est protégé par le mur d'enceinte en bauge ce qui fait de lui un des plus beaux lauriers de notre région. Il ne gêne pas l'aménagement du jardin-clos et est à une distance raisonnable du mur d'enceinte qu'il ne menace pas, contrairement à certains arbres poussés spontanément et dont nous demandons la disparition. Il est le seul arbre du jardin-clos producteur de feuilles aromatiques utilisables en cuisine.  Dans le jardin-clos du manoir il est surtout décoratif et il nous arrive d'en donner de petites branches à des visiteurs, notamment celles qui poussent assez bas et qui peuvent être dangereuses pour le public. » 


  • Quel usage en avez-vous personnellement ? 

     « Personnellement, je ne l'utilise qu'en assaisonnement dans des plats en sauce ; je sais que ses feuilles et                ses baies peuvent être utilisées en pharmacie mais ne suis pas assez compétent. » 

  • Dans quel plat le préférez-vous ?

 « Personnellement, nous ne manquons jamais de placer des feuilles de laurier sauce dans une blanquette de veau. » 

  • Est-il présent dans votre propre jardin ?

 « Nous avons un laurier sauce dans notre jardin mais sa croissance est très lente, probablement parce qu'il est mal situé, mal situé, victime des vents dominants et des froids » 

  • En cuisine quelle sensation éveille-t-il en vous ?

 « Dans ces plats en sauce, il apporte un arôme qu'on ne trouve pas ailleurs ; on peut aussi dire qu'il anoblit un plat compte tenue de la symbolique ancienne qui existe autour du laurier »   

  •  Quel est votre conseil en qualité de jardinier ? 

« Je ne suis pas un professionnel mais je conseillerais de planter un laurier sauce dans un endroit protégé du vent et de l'est car c'est plutôt un arbre de régions au climat plus doux. Dans le jardin-clos du manoir il est surtout décoratif et il nous arrive d'en donner de petites branches à des visiteurs, notamment celles qui poussent assez bas et qui peuvent être dangereuses pour le public. » 

  •  Quel est votre plante alimentaire préférée au jardin ?

 « J'adore les légumes frais consommés juste après avoir été cueillis et notamment les haricots verts ; notre ambition et toutefois de diversifier les légumes produits dans le jardin-clos et de redécouvrir des légumes traditionnels oubliés ; nous avons par exemple produit des topinambours »

En conclusion voici quelques citations à propos du laurier. "Les lauriers se trouvent beaucoup mieux à leur place dans un civet de lièvre que sur la tête d'in glorieux"
Frédéric Dard, artiste, dialoguiste, écrivain, romancier, scénariste (1921-2000)

« Je vais où le vent me mène
Sans me plaindre et m'effrayer
où va toute chose,
Où va la feuille de rose
Et la feuille de laurier. »


Antoine-Vincent Arnault, La feuille, Fables, tome second (1827) "Quand le vase était plein, l’eau devait couler dans la rainure interne de la feuille, et se suspendre en gouttes à la pointe des feuilles avant de tomber à terre. Ce sont de grandes feuilles longues, de laurier ?"

In : Gustave Flaubert, Notes de voyages, II, Louis Conard, 1910 (Œuvres complètes de Gustave Flaubert, Paris, L. Conard, 1910, tome V, p. 179-287). 

Remerciements à l'association Faire Vivre le Manoir du Fay pour la publication sur son site , à François Martot pour ses réponses au questionnaire, à la Ville d'Yvetot, propriétaire des lieux, à Denis Langlois pour la mémoire de l’association ANETH, à Michel Combornac, Michel Chauvet, les experts, à Bernard Maignan, un ancien locataire du manoir du Fay ainsi qu’à Xavier Pagazini, auteur et à IGN remonter le temps -vues aériennes. La fiche 2 sera consacrée à un fruitier : Le Poirier de coq à paraitre le 15 janvier 2022'huile d'olive.


A droite du manoir du Fay apparait la silhouette du laurier-sauce, crédit photo Pascal Levaillant 2020


Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.