Au XVIIème siècle, l’alliance de deux familles : les Houel de Valleville et les Corneille.


1 min lu

Il est certain qu’après la construction du manoir, l’abbé Antoine Corneille, neveu du propriétaire Pierre Houel, vint y séjourner et se reposer dans le pavillon de droite, lorsqu’il arrivait dans sa paroisse dont le vicaire habitait la maison presbytérale, en face de l’Église. Le manoir fut aussi une halte bienfaisante pour son frère Pierre, Maître des Eaux et Forêts, son épouse Marthe Le Pesant et leurs six enfants, dont Pierre, le dramaturge, Antoine, qui fut curé de Fréville de 1642 à sa mort en 1657, Thomas, lui aussi homme de lettres très connu en son temps, qui sera reçu à l’Académie Française au fauteuil précédemment occupé par son frère Pierre.


Leur sœur Marthe, épouse Le Bouyer de Fontenelle, fut la mère de l’écrivain Fontenelle. Malgré l’absence de trace écrite de leur passage au Manoir du Fay, il est plus que vraisemblable que Pierre et ses frères y firent des séjours bucoliques, peut-être même y trouvèrent-ils source d’inspiration pour composer l’une ou l’autre de ces œuvres qui ont conservé leur nom à la postérité ?