D’HIER A AUJOURD’HUI : L’ ARCHITECTURE


1 min lu

La façade asymétrique est dotée d’une porte d’entrée indégondable et d’un soupirail ventilant une cave voutée partielle. L’escalier extérieur et  l’extension du logis sont des rajouts postérieurs . 

A l’intérieur au rez de chaussée à gauche, une salle de réception à usage public et professionnel permettait d’accueillir notables, fermiers et serviteurs. Elle est dotée d’une cheminée Renaissance que la ville de Rouen essaya sans succès de déplacer dans la maison Corneille de la rue de la Pie , de pavés vernissés passés avec le temps et de boiseries du XIX° siècle.

A droite, une cuisine dont la grande cheminée est dotée d’une crémaillère orientable et  d’un petit four à pâtisserie. Une petite pièce attenante fut ajoutée probablement à usage du personnel.

A l’étage se trouvent les appartements privés auxquels fut ajoutée une pièce appelée oratoire qui servit de lieu de prière aux prêtres réfractaires incarcérés. 

A noter également dans l’annexe, de moins bonne qualité, une chambre qui devait servir à héberger une servante.

La tour d’escalier a été ajoutée , il reste les vestiges d’un escalier intérieur et la présence d’une couverture en chaume est attestée par une photo de la fin du XIX° siècle. Elle fut ensuite remplacée par une couverture en ardoise qui nécessita réfection de la charpente. Lors de la première tranche de travaux, les volets extérieurs furent supprimés ainsi que malheureusement les lucarnes du 2ème étage.